Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2012

Les jeux Olympiques...

Ah les jeux olympiques ! Quels spectacles magnifiques pour un amateur de sports. Enfin, il faut plutôt dire pour un amateur de sports français. Parce que ce qui compte, évidemment, c'est l'audience, les parts de marché, le pognon qui rentre dans les caisses. Donc, le véritable amateur de sports télévisés est frustré puisqu'au moment où il s'attend à regarder une finale quelconque, un concours d'athlétisme, une course de fond ou quoi que ce soit d'autre, alors qu'il piaffe d'impatience à l'idée de regarder un beau combat de boxe ou de taekwondo ; il n'ose même pas aller aux toilettes ni même jusqu'au frigo pour chercher une bière, constate, amèrement sans doute, qu'on préfère revenir en studio où officie un Gérard Holtz qui y va plusieurs fois par jour de ses petites et ridicules citations parce que ce monsieur, ringard à souhait, ignore que la culture c'est comme le beurre, moins on en a et plus on l'étale ! Ensuite on nous emmerde avec un film sur Bolt qui pense être le roi du monde parce qu'il court le cent mètres plus vite que tous les autres... Rien que d'écrire ça, je me dis qu'il y a quelque chose qui cloche... Ce film qui passe et repasse tandis que sur la piste il y a des athlètes qui courent, qui sautent qui lancent, mais pas des français ? Enfin les médias du monde entier font enfler démesurément l’ego des sportifs et aussi leur compte en banque, grand bien leur fasse. Les médias et leurs journalistes surexcités qui n'ont même plus dix secondes pour se casser la voix : IL L'A FAIT ! IL L'A FAIT !... L'épreuve reine... L'épreuve c'est de les supporter, les journalistes quelquefois !

 

A part ça, on a vu, et entendu des commentaires sur les quelques femmes voilées qui ont participé aux jeux. Évidemment c'est du prosélytisme mais, les J.O font la preuve de leur tolérance ! Beaucoup moins de commentaires sur les catholiques qui se « signent », complètement dingues comme Alexis Vastine (le pauvre boxeur) qui répète le signe de croix un nombre insensé de fois entre les vestiaires et le ring ! Et il perd, p'têt bien qu'y a personne là-haut... Bolt encore lui qui prie en montrant le ciel... D'autres encore...

Pourquoi le Vatican n'organise t-il pas des jeux de la Chrétienté ? Et l’Arabie Saoudite les jeux islamiques ? Ou d'autres pays, qu'ils se démerdent entre eux ! Les jeux devraient être laïque, non ? Seule la laïcité est tolérante ! Et si je ne m'abuse, la France est un pays laïque, constitutionnellement laïque. Alors je ne comprends pas que les journalistes des chaînes de télévisions publiques insistent en soulignant à chaque fois que l'occasion se présente, que les athlètes se signent. C'est du sport ça ? Pourquoi ne pas signaler que tel ou tel est athée ? Qu'un autre est un bouddhiste, un adepte de Moon, un scientologue, que tel coureur à pieds est plutôt chiite alors que l'autre est sunnite, etc.

 

Bref, il était largement temps, ce n'est que mon avis, que les J-O se terminent et qu'on nous lâche un peu les chaussures (de sport) et qu'on retrouve des programmes un peu moins limités. Je sais, rien ne m'empêche de pitonner ou même d'éteindre la télé. Rassurez-vous, j'ai profité du beau temps pour vivre dehors, je n'allume pas la télé très souvent ce qui me dispense d'avoir à l'éteindre. Mais, aimant bien regarder certains sports, je fais parti de ces frustrés qui ont raté tellement d'épreuves parce que les français n'y étaient pas ! Car ce qui m'énerve peut-être plus encore que Gérard Holtz et ces citations à la con, c'est le patriotisme affiché par les sportifs, par les supporteurs et par les journalistes. Le sport, c'est la guerre. Guerre de religion, guerre économique, guerre de médailles, guerre commerciale et publicitaire, bref : Rien de bien propre... Mais ça vous ne risquez pas de l'entendre dans les commentaires sportifs parce que les journalistes en vivent, les télévisions, les journaux, et qu'ils ont autre chose à penser, bien sûr...

 

Une citation : Vive le sport !.... (Le sport libéral... A vos souhaits.)

17/08/2012

Infos du pays de Redon 15 Août

infos Redon0002.jpg

11/07/2012

REBELLE !

Rebelle ? Il y a de quoi se demander ce qui peut se cacher derrière ce si beau mot... Arte nous envoie un florilège de rebelles pour nous aider à passer l'été. Que Cantona soit rebelle, à sa manière et qu'il ait raison en désignant les banques comme coupables des misères actuelles, celles des peuples et celles des pays, c'est une chose, qu'il nous montre quelques exemples de rebelles footballeurs, d'accord. Jusque là, je ne trouve rien à dire. Mais que parmi les rebelles de l'été d'Arte figurent des personnalités comme Serge Gainsbourg ou comme Joë Starr, je me pose des questions !

 

Déjà, les rebelles « people » sont ils rebelles alors qu'ils vivent d'un système auquel ils permettent de vivre... Ensuite, le Serge Gainsbourg depuis l'année mille neuf cent cinquante huit et le poinçonneur des Lilas, celui encore de « je t'aime moi non plus », celui qui a filmé « Équateur », n'a pas grand chose à voir avec l'épave lamentable qui a oublié toute dignité qu'il est devenu ensuite. Le donneur de leçon qui lève le point sur une scène en disant « je suis un insoumis » avant de chanter la marseillaise... quel sens de la rébellion ! Lui qui se vantait d'avoir fait son service militaire comme tireur d'élite et qui en était fier... Celui qui, bourré comme un coin s'est permis d'insulter Catherine Ringer, qui a tourné dans des films pornos, minablement répétitif, n'ayant à la bouche que le mot « pute ! » Vous appelez ça un rebelle ? Pas moi !

 

Quand au célèbre comédien Joë Starr, membre de NTM (Nique ta mère, ça c'est rebelle?), il s'est surtout rendu célèbre en cognant sur des femmes ! Décidément, ARTE ça plane, cet été... Ne manque que les avortements à l'Opinel (rebelles évidemment) d'Orelsan qui est tant aimé par les filles... Qui d'autre va devenir rebelle ? A ce train là, on va voir sur la liste tout un tas de célébrités fabriquées par les faits divers et les journaux people, des criminels, (ça c'est rebelle!), des comédiens de pub comme Cassel, des participants de la « télé réalité , » miss France ou miss nationale, etc... Bref, la rébellion est devenue un mot qui rapporte et qui est dans le vent de notre époque, époque pourrie dans laquelle on vit en regardant notre belle planète foncer vers la mort en regardant dans la télévision des émissions destinées à nous vendre des sodas et des téléphones mobiles, portables et je ne sais quoi... ARTE va s'aligner ? Avec « super rebelle » Philippe Manœuvre, on peut s'attendre à tout !

 

J'aime ARTE en général, je la regarde souvent, chaque jour, mais là, ARTE m'emmerde et je préfère éteindre le poste et lire un bon bouquin !

10/06/2012

La chaussette (Chef d'oeuvre...)

Une vielle Chaussette

Parti se promener

Rencontra une moule fraîche

Qui voulait prendre son pied...

Alors, Hélas ! Dit-elle

Vous n'avez pas de cul

Des pieds jusqu'à présent

Je n'en ai jamais vu !

 

J'ai quitté ma cafetière

Sur un coup de cafard

J'y passais jusqu'à hier

Et puis j'en ai eu marre...

Mais venez avec moi

Il n'est jamais trop tard

Et chacun ici bas

Peut prendre son panard !

 

Alors bras dessous bras dessus

(C'est façon de parler)

Toutes deux sont partues

Vivre leurs destinées

Le soir pour avoir chaud

La moule se cachait

au fond de la chaussette

Dans un replis secret

 

Mais voilà qu'un matin

Pas le temps de s'enfuir

Un troupeau de gamins

S'en vint les assaillir

Elles voulaient prendre leur pied

Elles ne furent pas déçus

Elles reçurent des milliers

De coups de pieds au cul...

 

Cette Histoire n'est pas belle

Elles moururent écrasées

Jetées à la poubelle

Et puis incinérées

Je n'ai pas de moralité

Pour clore cette aventure

Chacun trouve son pied

Disait une chaussure...

 

D.L 25/09/2005.

22/05/2012

article

Un article est passé dans Ouest-France du 22 mai. Je place ici l'article (que j'ai écrit moi-même...) tel que je souhaitais qu'il passe :

 

Premier roman publié pour Daniel LAUDRIN.

 « Le jugement du concasseur » aux éditions de la rue nantaise à Rennes.

 -Il s'agit de votre premier roman ?

 C'est le premier de mes romans qui est publié mais ce n'est pas le premier que j'ai écrit. En fait je pense que c'est le sixième mais les trois premiers n'étaient que des tentatives sans beaucoup d'intérêts.

 -Dans quelle catégorie doit-on classer « Le jugement du concasseur ? » Est-ce un polar, un livre noir ? Il y est question d'un casse...

 Il est difficile de ranger ce roman dans une catégorie précise. Peut-être dans les livres d'humour car d'après les retours que j'en ai, les lecteurs rient beaucoup. C'est d''ailleurs dans cet esprit qu'il a été écrit, parce que je traversais une période de déprime après avoir terminé l'écriture d'un roman « sérieux » qui me laissait dans le vide. Je me suis lâché, je me suis fait rire et j'ai voulu faire rire en m'inspirant de Frédéric Dard, de Raymond Queneau, Marcel Aymé et d'autres, ces grands écrivains que j'admire. Le casse est anecdotique même si, sans lui, il n'y a pas d'histoire. Les personnages, leur folie, leur loufoquerie comme leur gourmandise sont plus importants que l'intrigue en elle-même.

 -Il y a beaucoup d'argot dans votre livre...

 Argot et langage populaire, un mélange... C'est ma langue, celle de la rue, celle de la banlieue, je suis resté vingt trois ans à Montreuil, mais c'est la langue d'une autre époque. Lorsque j'étais môme et adolescent ce sont ces mots là qui étaient les miens et qui sont définitivement gravés dans ma mémoire. J'ai beaucoup pensé à mes copains de ce temps là en écrivant.

 -Trouver une maison d'éditions est un exercice difficile... Comment avez-vous fait ?

 Simplement en cherchant sur Internet. Imprimer le manuscrit, le faire relier et l'expédier à plusieurs maisons d'éditions demande des moyens assez importants que je n'ai pas. Donc je choisis une seule maison d'éditions en espérant viser juste. Il y a un esprit aux éditions de la rue nantaise qui apparaît clairement sur son site Internet, de la liberté, de l'humour, du respect et de la compétence, des qualités qui m'ont attiré et je ne me suis pas trompé.

 -D'autres écrits en préparation ?

 J'écris tous les jours, sauf très rares exceptions. Depuis « Le jugement du concasseur » j'ai écrit quatre romans, sans, jusqu'à présent, leur chercher d'éditeur, j'en écris un nouveau en ce moment, l'écriture est une addiction...

 « Le jugement du concasseur est en vente sur Internet (www.ruenantaise.com).