Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2012

Le jugement du concasseur

Ce roman magnifique, chef d'oeuvre indiscutable et modeste, désopilant, est paru ! Les éditions de la rue nantaise à Rennes le publie ! 

http://associationzyggy.free.fr/EditionsRueNantaise/

N'hésitez pas à l'acheter et à en faire de la publicité ! A défaut de beurre il permettra à son auteur d'acheter des épinards (et du pinard?).

Merci !

C'est grave ?

On peut croire qu’il s’agit encore de la même chanson, qu’il n’y a aucune différence entre le candidat « karchérisateur de racaille » de 2007 et celui de 2012. Le roi du surf sur la peur et sur la bêtise est présent, qui nous prépare, s’il est élu, une catastrophe monstrueuse. Le libéral d’origine devient dangereux. Après l’ultralibéralisme totalitaire il va plus encore plus loin ! Pour préserver et augmenter les profits de quelques-uns, il est prêt à réinventer et réinstaurer l’esclavagisme ! Napoléon est de retour ! Et il est à craindre qu’une majorité de cons, j’ai bien du mal à trouver un autre mot, vote pour celui qui les a pourtant enfoncé dans la merde !

 

Aujourd’hui ce sont les chômeurs qui sont en ligne de mire ! Que les étrangers, les roms et autres gitans, les campeurs, les marginaux de toutes espèces, les basanés et je ne sais qui encore se rassurent, ils ne sont pas oubliés, d’ailleurs souvent, ils chôment !

Les chômeurs donc, responsables évidents de leur situation, responsables de leur exclusion du paradis de l’Entreprise, du petit salaire qui ouvre les portes du paradis de la Consommation ! C’est leur faute, il faut qu’ils s’enfoncent bien ça dans le crâne, s’ils n’ont pas de boulot ! C’est parce qu’ils sont trop payés, parce qu’ils ont trop de congés, parce qu’ils ont trop de protections sociales, parce qu’ils sont trop défendus par trop de syndicats, parce qu’ils sont trop feignants, parce qu’ils sont, que les pauvres entreprises se voient dans l’obligation de délocaliser, d’aller loin jusque dans des pays miséreux dans lesquels ils vont pouvoir s’enrichir en limitant au maximum tous les droits de leurs nouveaux salariés…

 

Donc obligé de les virer !

 

Les coupables doivent être châtiés ! Demander à vos voisins, aux vieux ruraux qui n’ont jamais vu un étranger sauf dans la télé et qui sont mus par la trouille, Aux petites gonzesses qui roulent dans des grosses bagnoles, aux exhibitionnistes du pognon, aux nouveaux entrepreneurs qui survivent misérablement avec l’aide onéreuse des banques et à tant d’autres : ils sont pour le châtiment du chômeur comme ils sont pour la peine de mort ! Par pure connerie !

Alors qu’on envoie les bénéficiaires du R.S.A, ces riches profiteurs du système, travailler pour des prunes à des occupations d’intérêt général, cela va leur paraître normal ! Et ça va certainement soulager les finances des communes qui pourront se passer d’embaucher puisqu’elles auront à disposition une réserve d’esclaves ! Ajoutez à cela que le chômeur devra accepter la première offre d’emploi que le « pôle » leur proposera… Il va y avoir des surprises, aucun doute ! Terminé ce temps où l’individu existait librement et pouvait choisir. C’était une autre époque, un autre monde ! Maintenant il faut fermer sa gueule, ne jamais montrer son mécontentement, ne pas manifester, se contenter de ce qu’on a et profiter du bonheur de la consommation ! Et n’oubliez pas de vous reproduire ! Qui sait si, bientôt, les flics n’auront pas le droit de tirer dans le tas ? En légitime défense, bien sûr !

 

Le candidat Sarkozy en est là ! Plus fasciste que jamais, encourageant la délation, la formation de milices, le racisme… Je n’ose pas imaginer la possibilité qu’il soit une fois encore élu !

Mais je connais de ces vieux cons qui voteront pour lui ou pour Le Pen… La violence de Sarkozy ne pourra que provoquer une violence au moins égale comme une poussée d’Archimède sociale, heureusement d’ailleurs ! Vive la révolution !

 

04/08/2011

Demain est à construire

C’est au-delà des mots, l’impuissance et  la douleur, les images à jamais gravées dans le regard et l’avenir d’un coup vidé de sa substance. Une inimaginable violence, l’incapacité soudaine à être, à s’admettre vivant, devant l’anéantissement d’une vie multiple, d’une accumulation de bonheurs, d’innombrables souvenirs matérialisés par des images, des musiques, des livres, des fringues, des meubles, des objets et des projets encore et toujours, des rencontres futures, des éclats de rire des fatigues et de la paix…

 

Rien ne recommence jamais, ni les peines ni les plaisirs qui sont, à égalité, toujours identiques et toujours renouvelés. Les souvenirs de bonheur s’embellissent avec le temps, le soleil prend la place des nuages, le contraste s’améliore. Le désespoir s’estompe et s’il en reste une trace elle devient douce comme cette larme encore qui vient en atténuer l’horreur. Rien ne recommence mais il y a un chemin devant, un chemin à construire pour soi d’abord et pour les autres car je et les autres sont inséparables.

 

La mémoire des bonheurs est ininflammable, ignifugé. Elle résiste à tout, même aux coups les plus terrifiants. La mémoire des bonheurs est tournée vers l’avenir, elle se souvient de demain, elle a le parfum des fleurs et celui des cèpes, elle se savoure sous le parasol et sur des raquettes avec la neige neuve et le Chignin Bergeron.

 

Même si la gorge reste serrée, il est bon de rêver encore, vivant sur les décombres, bâtissant un autre avenir.

 

29/01/2011

Actualité 1871...

 

L’État comprime la loi triche

L’impôt saigne le malheureux

Nul devoir ne s’impose aux riches

Le droit du pauvre est un mot creux

C’est assez languir en tutelle

L’égalité veut d’autres lois

Pas de droits sans devoirs dit-elle

Egaux pas de devoirs sans droit

 

……..

 

Hideux dans leur apothéose

Les rois de la mine et du rail

Ont-ils jamais fait autre chose

Que dévaliser le travail ?

Dans les coffres-forts de la banque

Ce qu’il a créé s’est fondu

En réclamant qu’on le lui rende

Le peuple ne veut que son du

 

C’est la lutte finale

Groupons nous et demain

L’internationale

Sera le genre humain

 

Eugène Pottier 1871

 

25/01/2011

ça vient !

On peut légitimement se demander comment faire pour lutter démocratiquement contre l’oligarchie financière qui détient le pouvoir, en France comme globalement en Europe. Ils mettent en place à l’insu du peuple des lois liberticides qui font du néolibéralisme une des pires tyrannies que l’histoire a connue. Le peuple est diverti avec ce que la télévision lui donne, des humoristes à foison, presqu’aussi ringards les uns que les autres, un retour des émissions de variétés à l’ancienne comme dans cette époque révolue des années Pompidoliennes et giscardiennes pendant lesquelles régnaient en maître des chanteuses et chanteurs de monstrueuses âneries mais qui passaient à la télé deux fois par semaine si ce n’est plus… Je ne cite pas de noms, je n’en ai ni le temps ni l’envie. Ils sont faciles à trouver, ils reviennent! Pour ce qui est des humoristes il est plus simple de choisir ceux qui ne sont pas, d’une manière ou d’une autre, inféodé au pouvoir, je n’en vois pas beaucoup… Alevêque parmi ceux qui sont connus, qui d’autre? Fred et Roger? Mais ils ne sont connus que par ici, surtout en haute- Bretagne, en Bretagne gallèse, chez eux… Ce n’est pas demain la veille qu’ils vont passer sur TF1. Peut-être sur France2 avec Sébastien? Les animateurs sont les mêmes, des vieux machins décorés qui nous bassinent depuis la nuit télévisuelle! Ne manque que Zitrone qui est mort… quand au contenu des journaux télévisés du service public, ils sont au service de l’État, à genoux, serviles, obséquieux, menteurs, lamentables! Et malgré tout passage obligé pour les politiques, toujours les mêmes, ceux qui sont de la même classe, qui sortent de la même école, qui se rencontrent dans les mêmes fêtes, les mêmes restaurants, les mêmes bordels…

Enfin, on s’en fout, ces exemples ne sont là que pour illustrer les moyens manipulatoires employés par les maîtres des médias qui sont d’ailleurs les mêmes, à quelque chose près qui siègent dans quelques autres conseils d’administration… Et malgré tout, ça gueule dans la rue, à la sortie des écoles, dans les cafés et ailleurs. Je ne sais pas si les « politiques », les professionnels du blabla ont conscience du ras le bol populaire. Alors que le peuple ne voit pas tout car il est dans la merde et dans la merde on ne voit pas grand-chose d’autre que la merde… Alors les « politiques » votent, entre eux, des lois qui s’additionnent et qui créent une forteresse de protection inimaginable autour de l’oligarchie qui détient le pouvoir. Tous les pouvoirs! J’ai du mal à imaginer qu’il soit possible aujourd’hui de provoquer une grève générale… Hélas! Les syndicats ne sont pas à la hauteur, les leaders syndicalistes s’accrochent aux branches pour ne pas disparaître parce qu’ils n’ont pas la volonté de forger les armes nécessaires pour lutter contre le néolibéralisme. Ou sont-ils quand des patrons richissimes délocalisent leurs entreprises dans des pays pauvres et accueillants, pour augmenter le bénéfice des actionnaires. Que font-ils des dommages « collatéraux » que sont les milliers de chômeurs qui viennent s’ajouter au déjà très important stock de pauvres… Ces pauvres manipulés qui attendent un boulot, qui sont prêts à sacrifier leur bonheur pour travailler, pour ne pas crever, qui envient ceux qui ont un boulot, qui ont une belle télé, une bagnole qui marche et un mobile dernier cri! 

Il y a une pression qui monte et montera encore jusqu’à l’élection présidentielle. Une pression populaire parce que les gens « normaux » prennent conscience que depuis 2002 tout va de plus en plus mal. Les pauvres s’appauvrissent, les riches s’enrichissent et ces derniers font chanter les premiers en leur prédisant le pire si on cherche à changer de système. La droite couchée lèche continuellement les bottes (je suis poli) de Sarkozy, Sarkozy n’étant quand à lui qu’un laquais des entreprises du CAC40, entre autres. Le problème étant que la pseudo gauche socialiste qui n’est pas plus à gauche que bien des centristes, voir des membres de l’UMP, est au service aussi de ce monde de la finance qui bousille la vie d’une énorme majorité! 

Quel socialiste est à gauche aujourd’hui? Quel socialiste reviendra sur les lois anti-pauvres votées par Sarko et consorts? La retraite, la sécurité, les délocalisations, les impôts… Il faut que des anciens comme Stéphane Hessel, à 93 piges poussent une gueulante en lieu et place de ces politiques là pour faire émerger un peu d’espérance… Mais le temps n’est pas à l’indignation, ce temps est dépassé! La guerre est déclarée ouvertement depuis longtemps par les Riches contre les « pauvres. » Par ceux qui détiennent le pouvoir financier et qui, grâce à ce pouvoir, gouverne le monde. Si un socialiste gagne les élections, combien de temps résistera-t-il à la pression populaire? Les attentes sont tellement énormes et légitimes que les gens de la rue ont envie de croire au miracle! Et le miracle n’aura pas lieu! 

 

J’ai le sentiment que ça commence à puer… Que le front national va encore montrer son museau merdeux, sa hure, son groin et son armée de débiles près à en découdre… Parce qu’en face, à gauche, dans la vraie gauche il y a des intérêts qui nous échappent aussi, des conflits idéologiques? Ce serait bon signe finalement mais je crains que ce soit plutôt des méfiances congénitales, des petits tours de manèges ombilicaux pour des pseudos révolutionnaires qui pensent à autre chose… Qui sont dans leurs bulles et qui finalement attendent que le « peuple » décide pour eux. Un peuple idéalisé qui n’existe pas! Et la police, cette superbe institution de machines décervelées obéira aux ordres du fric, toujours!

 

Le désespoir finira par l’emporter avec, pourquoi pas, une guerre civile à l’échelon planétaire… Du vrai sang dans les rues! Choisissez déjà vos cibles futures, ça vient !