Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2022

L'an zéro

J'ai cru ne pas sortir et pourtant je le suis

Elle me l'a reproché et la chaleur avec

J'étais le responsable coupable sans doute aussi

Moi pauvre nourrisson épais comme un fruit sec

 

Comme si j'étais fourbe déjà avant de naître

Fourbe et calculateur que j'avais fait exprès

Choisi le jour et l'heure et le mois pour paraître

Un dimanche matin au début de juillet

 

Bien content de quitter le liquide amniotique

J'ai ouvert sur le monde mes magnifiques yeux bleus

Dans la touffeur ambiante témoignant des tropiques

Pourquoi pas à Montreuil des tropiques de banlieue

 

Ensuite pour un moment je suis resté peinard

Babillant et rotant et peut-être souriant

Et prenant hardiment du poids en vrai têtard

Sept mois quand on est neuf c'est un beau bout de temps

 

V'là t'y pas qu'à cet âge je fais une crise d'asthme

Mes bronches sont étrécies je siffle comme un steamer

On me brûle la couenne avec des cataplasmes

On me colle dans la goule des sirops assommeurs

 

De vomis en cacas j'allais cahin-caha

Victorieusement passer mon premier hiver

De justesse, février et mars je pris du gras

Avril comme un régime m'enverrait en enfer

 

L'avenir attendu m'a pris bronches et poumons

Niveau température j'ai battu des records

Je cuisais dans mon jus jusqu'à des convulsions

Un ultime tremblement puis plus rien j'étais mort

 

Soixante-dix piges plus tard si j'écris ce chef-d'œuvre

C'est qu'une première fois elle m'a épargné

Elle m'a recraché déposé à pied d'œuvre

Devant une existence peut-être méritée ?

 

Elle m'a fauché trois jours dont il ne reste rien

Trois journées de néant dans un profond coma

Dans un passé bien sûr dont on ne se souvient

D'avoir tant entendu conter ces histoires là

 

De la suite il me reste des réelles images

Cette vieille bonne sœur qui venait me piquer

Devant la grande fenêtre adapté à mon âge

Cette caisse de bois qui était mon pucier

 

La phobie des toubibs qui me resta gravée

Chaque visite me voyait me planquer de mon mieux

Mes pleurs ne changeaient rien il fallait bien soigner

Mon corps en marmelade et mes nerfs furieux

 

Je voulais que s'arrêtent tous ces coups de seringues

J'étais un animal prisonnier douloureux

Je n'avais pas un an et je devenais dingue

Soixante-dix ans plus tard je me sens un peu mieux...

 

L'an zéro, Daniel Bontemps-Laudrin, Décembre 21 - Janvier 22

Écrire un commentaire